Apprenez-en davantage sur l’histoire de l’aluminium !

Si l’histoire du bronze, du fer ou du cuivre s’ancre dans des temps très lointains, celle de l’aluminium prend naissance au XIXe siècle, au croisement des deux révolutions industrielles.

Cette découverte tardive s’explique par le fait que l’aluminium n’existe dans la nature que sous forme de composés qui masquent sa nature métallique. Le plus connu de ces composés, l’alun, est utilisé depuis l’Antiquité. Mais ce n’est qu’au XVIIIe siècle qu’on isole et qu’on baptise la terre d’alun « alumine », et que l’on soupçonne qu’elle contient du métal.

Au XIXe siècle, divers chimistes européens tentent d’isoler l’aluminium avant les expériences décisives de Wöhler en Allemagne et Sainte-Claire Deville en France.

Le premier procédé d’obtention de l’aluminium est coûteux, limitant dans un premier temps son utilisation à des objets de luxe. Considéré comme semi-précieux, il est alors souvent associé à l’or ou à l’argent et incrusté de pierres précieuses dans les parures de bijoux.

Chronologie des découvertes

  • 1821 : découverte du minerai (France – Baux-de-Provence) Le minéralogiste et ingénieur français Pierre Berthier (1782 – 1861) analyse un minerai des environs des Baux-de-Provence et identifie une forte teneur en alumine. Plus tard, ce minerai rouge auquel on donnera le nom de bauxite, s’imposera comme le principal minerai d’aluminium.
  • 1854 : découverte du procédé chimique de fabrication de l’aluminium (France – Paris)
    Le chimiste Henri Sainte-Claire Deville (1818 – 1881) obtient pour la première fois des globules d’aluminium pur par un procédé de réduction de chlorure double d’aluminium par le sodium. Soutenu financièrement par l’Empereur Napoléon III, il commence à produire de l’aluminium à Paris puis à Salindres (Gard) dès 1860.
  • 1886 : découverte du procédé de production industriel par les « jumeaux » de l’aluminium P. Héroult (France) et Ch. M. Hall (Etats-Unis)
    De manière simultanée et indépendante, le Français Paul Héroult (1863-1914) et l’Américain Charles Martin Hall (1863-1914) mettent au point un nouveau procédé de production de l’aluminium en dissolvant de l’alumine dans un bain de cryolithe et en décomposant ce mélange par électrolyse pour obtenir le métal brut en fusion. Ils déposent des brevets la même année. Le procédé permet d’obtenir de l’aluminium de manière beaucoup plus économique. Il va s’imposer chez tous les producteurs et il est toujours utilisée aujourd’hui.
    Une remarquable communauté de destin unit les deux hommes : nés et morts la même année, ils n’avaient que 23 ans au moment de leur découverte.
  • 1887 : création de la Société Electrométallurgique Française qui ouvre à Froges (France – Isère)
    Première usine équipée de cuves de fabrication industrielle d’aluminium électrolytique en France.
  • 1888 : mise au point du procédé Bayer du procédé d’alumine
    En Russie, le chimiste autrichien Karl Bayer fait breveter un procédé de transformation du minerai de bauxite en alumine.
  • 1907 : démarrage de l’usine de Saint-Jean-de-Maurienne (France – Savoie)
    Cette usine est dotée de cuves de 10 000 ampères et construite par la Société Alais et de la Camargue qui deviendra en 1950 la Compagnie Pechiney.